Acidité, reflux gastriques, brûlures d’estomac… Agissez !

Acidité, reflux gastriques, brûlures d’estomac… Agissez !

Chargement en cours...

Le reflux gastro-œsophagien, aussi appelé RGO, touche environ 30% de la population. Ce phénomène se caractérise par la remontée du bol alimentaire dans l’œsophage, provoquant alors des brûlures d’estomac et des remontées acides. Heureusement, des solutions naturelles existent afin de rétablir le calme et le bien-être digestif.

 

Physiologie de la digestion

Lors des repas, les aliments broyés au niveau de la bouche descendent le long de l’œsophage pour ensuite être acheminés vers l’estomac. L’œsophage et l’estomac sont séparés par une bande musculaire : le sphincter œsophagien inférieur (SOI), qui assure l’étanchéité au niveau de la jonction œsogastrique. Son mode de fonctionnement est similaire à celui d’un clapet. En effet, le relâchement des muscles du SOI assure son ouverture pour permettre le passage des aliments, tandis qu’il se referme lorsque les muscles se contractent. Le SOI a donc pour fonction d’éviter la remontée des aliments de l’estomac vers l’œsophage pendant la digestion.

 

Une fois présents dans l’estomac, les aliments sont soumis à l’action de différentes enzymes ainsi qu’à un environnement acide. L’estomac possède deux fonctions principales. Il joue un rôle dans la malaxation du bol alimentaire et sécrète également les substances nécessaires à la dégradation des aliments. En effet, le suc gastrique est principalement constitué d’acide chlorhydrique (HCL) d’une part, qui lui confère son acidité et son pH compris entre 1 et 3, et de pepsine d’autre part, enzyme à l’action protéolytique (facilitant la digestion des protéines). (NB : Un pH neutre, c’est-à-dire ni acide ni basique, est égal à 7.) D’autres enzymes comme la lipase et l’amylase, respectivement en charge de la dégradation des lipides et de l’amidon, interviennent également. Pour autant, la paroi de l’estomac est elle-même protégée contre l’acidité et les enzymes grâce à la présence d’ions bicarbonate et d’un film protecteur constitué de mucus.

 

Cependant, en cas de dysfonctionnement du sphincter œsophagien inférieur, les symptômes du RGO se font rapidement sentir.

 

Caractéristiques du RGO

Chaque individu a déjà ressenti les symptômes du RGO au moins une fois dans sa vie. Quoique dérangeant, le RGO est sans conséquence lorsqu'il n'est que ponctuel. En revanche, lorsqu’il devient chronique et que la fréquence des épisodes augmente, le RGO se révèle problématique.

 

Le reflux gastro-œsophagien se caractérise par la diminution de la force de contraction du sphincter œsophagien inférieur, responsable de sa mauvaise fermeture. Le liquide gastrique qui s’échappe alors vers l’œsophage constitue un reflux acide directement responsable des brûlures d’estomac. Ces brûlures sont de plus accompagnées de douleurs au niveau de la partie inférieure du thorax. La régurgitation du contenu gastrique jusqu’à la bouche ainsi que des maux de gorge figurent également parmi les symptômes du reflux gastro-œsophagien. Enfin, le contenu de l’estomac peut, dans de rares cas, s’écouler dans les poumons et provoquer une toux chronique.

 

Par ailleurs, lors de la remontée du contenu gastrique dans l’œsophage, l’acide chlorhydrique et la pepsine entrent en contact avec la paroi de l’œsophage et provoquent l’érosion et l’inflammation de sa muqueuse. Les douleurs peuvent alors s’accentuer lors de la déglutition. La répétition du contact avec le contenu gastrique accentue les lésions au niveau de l’œsophage et entrave son bon fonctionnement. La force de contraction du SOI diminue alors petit à petit, renforçant ainsi la fréquence des reflux responsables de la mise en place d’un cercle vicieux. D’autant plus que l’inflammation peut également être ressentie au niveau de l’estomac lui-même en cas de gastrite.

 

Les causes du RGO

Plusieurs aliments ont été identifiés pour leur implication dans le déclenchement du RGO. C’est notamment le cas des boissons gazeuses, des jus de fruits dont le pH est acide, de l’alcool et de la caféine qui stimulent la sécrétion d’acide ou retardent la vidange gastrique.

 

Une alimentation riche en graisses associée à une prise de poids constituent également des facteurs de risque. Par ailleurs, le RGO est fréquent lors de la grossesse où il peut apparaître dès le premier trimestre et s’intensifier jusqu’à son terme. Ceci est dû à l’augmentation de la pression abdominale qu’exerce le bébé au cours de son développement sur l’estomac de sa mère.

 

De plus, certains médicaments comme les anticholinergiques, incluant les antidépresseurs et les antihistaminiques peuvent de plus impacter le bon fonctionnement du sphincter œsophagien inférieur.

 

Pour diminuer les symptômes, quelques gestes simples peuvent être mis en place, tels que surélever les pieds de la tête de lit en plaçant des cales d’environ 20 centimètres de hauteur. Il est également possible de placer deux oreillers pour surélever sa tête et ainsi éviter le retour de l’acide gastrique dans l’œsophage pendant le sommeil. Par ailleurs, en espaçant le repas du soir et le moment du coucher d’une durée d’environ 3 heures, cela contribuera à la diminution des reflux.

 

L'association synergique du Laboratoire THERASCIENCE

 

Pour agir efficacement contre le reflux gastro-œsophagien, le Laboratoire THERASCIENCE a développé THERASCIENCE GASTROLOX, une association synergique de 2 bio-actifs et 1 bio-polymère aux 4 actions complémentaires au niveau de l’acidité, de l’inflammation, du tonus musculaire et de la protection de l’œsophage.

 

THERASCIENCE GASTROLOX est une formule idéalement dosée qui apporte 1 500 mg de lithothamne, dont 450 mg de calcium (soit 56% des Apports de Référence), 450 mg d’extrait de camomille allemande et 750 mg d’alginate, pour 6 comprimés.

 

THERASCIENCE GASTROLOX exerce les modes d’action suivants :

 

  • Protection de l’œsophage

L’alginate est un polysaccharide constitué d’un enchaînement de sous-unités d’acide mannuronique et d’acide guluronique et qui est présent dans la paroi des algues brunes. La capacité de ce bio-polymère à retenir l’eau est mise à profit pour modifier la viscosité des liquides, notamment lorsqu’il est associé au calcium. Ce dernier est notamment apporté par le lithothamne, une algue rouge riche en minéraux.

 

L’association du lithothamne et de l’alginate forme une barrière anti-reflux protégeant ainsi la paroi de l’œsophage contre l’acidité du HCl et l’action de la pepsine.1-2 De plus, cette action protectrice est renforcée par l’activité gastro-protectrice de la camomille allemande.3

 

  • Régulation de l’acidité

Le lithothamne constitue une source de carbonate de calcium (CaCO3). Une fois dans l’estomac, ce dernier participe à la formation d’ions bicarbonate HCO3-. Le bicarbonate formé augmente le pH gastrique, mimant ainsi l’action du bicarbonate produit par les mucocytes, et permettant par conséquent de protéger la muqueuse de l’œsophage.4-5

 

  • Réduction de l'inflammation

Pour lutter contre l’inflammation et la sensation de brûlure causées par le RGO, THERASCIENCE GASTROLOX apporte de l’extrait de camomille allemande, plante connue pour son activité anti-inflammatoire, tandis que la barrière anti-reflux formée d’alginate limite les remontées gastriques et diminue par conséquent le risque d’inflammation.6-7

 

  • Tonus musculaire du sphincter œsophagien inférieur

Le calcium apporté par le lithothamne est un minéral essentiel au fonctionnement de l’organisme. Il intervient notamment dans la contraction musculaire. Le calcium contribue donc à assurer la contraction du sphincter œsophagien inférieur et permet ainsi de limiter les risques de reflux vers l’œsophage.1 Avec THERASCIENCE GASTROLOX, protégez votre œsophage du reflux acide et dites adieu aux désagréments de la digestion.

 

 

 

Bibliographie

    1. Rodriguez-Stanley, Sheila et al. “Calcium carbonate antacids alter esophageal motility in heartburn sufferers.” Digestive diseases and sciences vol. 49,11-12 (2004): 1862-7.
    2. Leiman, D A et al. “Alginate therapy is effective treatment for GERD symptoms: a systematic review and meta-analysis.” Diseases of the esophagus : official journal of the International Society for Diseases of the Esophagus vol. 30,5 (2017): 1-9.
    3. Al-Hashem, Fahaid H. “Gastroprotective effects of aqueous extract of Chamomilla recutita against ethanol-induced gastric ulcers.” Saudi medical journal vol. 31,11 (2010): 1211-6.
    4. Almeida, F et al. “Gastroprotective and toxicological evaluation of the Lithothamnion calcareum algae.” Food and chemical toxicology : an international journal published for the British Industrial Biological Research Association vol. 50,5 (2012): 1399-404.
    5. da Silva RP, Kawai GSD, Andrade FRDd, Bezzon VDN, Ferraz HG. Characterisation and Traceability of Calcium Carbonate from the Seaweed Lithothamnium calcareum. Solids. 2021; 2(2):192-211.
    6. Ortiz, Mario I et al. “Isolation, identification and molecular docking as cyclooxygenase (COX) inhibitors of the main constituents of Matricaria chamomilla L. extract and its synergistic interaction with diclofenac on nociception and gastric damage in rats.” Biomedicine & pharmacotherapy = Biomedecine & pharmacotherapie vol. 78 (2016): 248-256.
    7. Bor, Serhat et al. “Alginates: From the ocean to gastroesophageal reflux disease treatment.” The Turkish journal of gastroenterology : the official journal of Turkish Society of Gastroenterology vol. 30,Suppl2 (2019): 109-136.

Nous vous conseillons
16,90 € 14,37 €

Paiement sécurisé
Gratuite à partir de 39 € d'achats
Livraison rapide
Service client 5j/7
Satisfait ou échangé
Garantie qualité